Vélo Gravel : pourquoi l’acier ?

Vélo Gravel : pourquoi l’acier ?

Nous sommes tous d’accord, un vélo GRAVEL doit être nerveux comme un bon vélo de route. Mais qu’en est-il du rendement d’un tel vélo chaussé de pneus de 32mm sur une piste irrégulièrement cabossée ?

La réponse va d’abord dépendre de la puissance que le pilote est capable de produire : un bon routard, alimenté en produits non issus de l’agriculture biologique, lancé à 45km/h sur les pavés de Paris-Roubaix développera assez de puissance pour encaisser les chocs sans sourciller. Pour le reste de la population, l’inconfort engendré par une rigidité excessive du cadre va produire une baisse inexorable du rendement.

En matière de confort l’ACIER fait force de loi…

Si personne n’éprouvera de plaisir à rouler sur un GRAVEL en aluminum 4h durant sur une piste gravillionneuse, nous pouvons bien admettre que sur les cadres en carbone les ingénieurs ( aidés en cela par les petites mains Asiatiques ) arrivent à aligner les fibres de carbone de telle manière à créer des zones de flexions améliorant le confort : mais pas au point de se hisser au niveau d’élasticité de l’ACIER.

Le GRAVEL c’est bien. Mais arriver à descendre du vélo après une longue sortie sans avoir mal ou cou et au dos, c’est mieux !

Alors attention, certains vont dire :  »  l’acier c’est confortable mais latéralement le cadre c’est une saucisse pas capable de m’aider à faire péter les KOM sur Strava « . Effectivement un cadre acier à Papa, composé d’un grand triangle à tubes droits, est biensur confortable verticalement mais trop flexible latéralement. C’est là que le design Caminade rentre en ligne de compte :

Nervosité et confort… la forme au service du matériau, tel est le secret du GRAVEL Caminade !

Pour aller plus loin :

>> Découvrir en détails le vélo Gravel Caminade

>> Vélo Gravel : pourquoi une géométrie spécifique

>> Un vélo Gravel, pourquoi faire ?

Fil RSS